Subido por nazarenoeduardo

La nature théâtre de Dieu, selon Jean Bodin

Anuncio
La nature théâtre de Dieu, selon Jean Bodin
Author(s): Ann M. Blair
Source: Nouvelle Revue du XVIe Siècle, Vol. 7 (1989), pp. 73-91
Published by: Librairie Droz
Stable URL: https://www.jstor.org/stable/25598723
Accessed: 23-05-2020 13:40 UTC
JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide
range of content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and
facilitate new forms of scholarship. For more information about JSTOR, please contact [email protected]
Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at
https://about.jstor.org/terms
Librairie Droz is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to Nouvelle
Revue du XVIe Siècle
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
Nouvelle Revue du Seizieme Siecle - 1989 - n? 7, pp. 73-91
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN
Vers la fin d'une carriere mouvementee comme avocat, conseiller du due
d'Alengon et procureur du roi, Jean Bodin ajoute en 1596 a la liste dej& pres
tigieuse de ses publications YUniversae naturae theatrum. Cet in-octavo de
631 pages est divise en cinq livres traitant, sous la forme d'un dialogue, du
principe et des causes de toutes choses: des elements, meteores, mineraux et
metaux; des plantes et animaux; de Pame; et des corps celestes, soit les
domaines traditionnels de la ?physique)) antique1. La premiere edition
publiee k Lyon en 1596 fut suivie de renditions a Francfort en 1597 et a Hanau
en 1605, chez Wechel. Une traduction frangaise par le medecin lyonnais
Frangois de Fougerolles parut a Lyon en 1597. On peut se demander pour
quoi un homme dont la renommee internationale reposait sur les multiples
editions de la Rgpublique, appuyees de la Mithode de l'histoire et de la
D&monomanie, se tournait maintenant, et si serieusement, vers la science
naturelle; quels aspects de la nature Pinteressaient plus particulierement; et
avec quels lecteurs il partageait cet interet. Bodin ne meritera certes pas de
figurer au pantheon des grands hommes de science de son temps; mais, pre
cisement pour cette raison, son livre peut aider k definir ce qu'est pour une
61ite cultivee non-specialiste la science de la fin du XVIe siecle, et a situer
celle-ci dans un contexte culturel plus large avant tes developpements dits
r6volutionnaires du siecle suivant. La derniere oeuvre publiee de Jean Bodin,
trop meconnue, revele k la fois une ambition caracteristique de Bodin de
trouver des lois naturelles universelles et un souci plus prononce qu'ailleurs
de faire une apologetique de la foi.
II est possible que Bodin ait forme le projet d'ecrire le Theatre des le
temps de sa Mfrhode de l'histoire de 1566. II ecrit au debut de celle-ci: ?I1
y a trois sortes d'histoire ou de recit veridique: l'histoire humaine, l'histoire
naturelle et Phistoire sacree [...]. Ainsi en agirons-nous avec les ignorants qui
saisiront d'abord dans les choses humaines la bonte et la transcendance divi
nes, pour la percevoir ensuite dans les causes les plus remarquables de la
1 R.P. Festugiere, La Re've'lation d*Hermes Trisme'giste, vol. II: ?Le Dieu cosmique?,
Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 361, n. 2.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
74 ANN M. BLAIR
nature, dans les proprietes et la splendeur des corps celestes, enfin dans
l'ordre admirable, le mouvement, Pimmensite, Pharmonie et la beaute de
Punivers: autant de degres qui nous conduiront enfin k retrouver notre filia
tion divine, a renouer Punion totale avec notre Createur.?2 Les histoires
humaine et naturelle constituent ainsi pour Bodin des etapes de la progres
sion de ?l'ignorant? vers la connaissance du divin3.
L'epitre dedicatoire du Theatre ne va pas k Pencontre de ce projet ante
rieur de trente ans mais le complete. Pour justifier son nouveau livre, Bodin,
en bonne rhetorique, y presente un bilan assez negatif du projet de la
Methode de constituer une science du droit universel fondee sur l'etude com
parative des lois et des coutumes: ?Cela explique assez pourquoi de tout
temps et en tout lieu, les bornes de cette discipline [une science du droit]
n'ont pu etre etablies, puisqu'elle depend du jugement et des erreurs des
hommes a tel point que ce que certains jugeront dignes de recompense,
d'autres le trouveront meriter le supplice [...]. J'ai assurement ete retenu de
fonder une science des lois par la pensee que tous les edits, decrets et lois des
peuples se rapportent au hasard des jugements et des passions des hommes,
s'ils ne s'appuient pas sur la loi divine, c'est-a-dire naturelle, qui est comme
le fil qui, dans un labyrinthe, guide nos pas aveugles.?4 Au contraire, Bodin
montre qu'une science de la nature ne presente aucune de ces difficultes: elle
n'est pas sujette aux caprices des hommes mais revele clairement la volonte
de Dieu. Ainsi ?dans la nature rien n'est incertain. Nous voyons bien que le
feu brule en Perse comme chez les Celtes et que la neige est blanche partout
et que le cours des orbes celestes est constant comme les lois qui les regissent
sont semblables k elles-memes depuis leur toute premiere origine: et pour
cette raison nous sommes exhortes par les oracles et les decrets et les senten
ces de tous les sages k suivre la nature, notre guide, comme une divinite?5.
L'etude de la nature est done superieure a toutes les autres sciences: nul plai
sir plus doux, nulle contemplation plus noble ni plus libre des passions et
ambitions humaines que de penetrer les replis caches de la nature, de com
prendre Penchainement des causes et des effets, d'admirer a la fois la beaute,
la Constance et la variete de ses phenomenes.
2 Jean Bodin, La Mithode de l'histoire, d. et tr. Pierre Mesnard, Paris, Presses Universi
taires de France, 1951, pp. 114, 281-282.
3 Voir Pierre Mesnard, ? Jean Bodin et le probleme de r&ernite* du monde?, Bulletin de
VAssociation Guillaume Bude', (1951), 117-131, p. 117.
4 Jean Bodin, Universae naturae theatrum, Francfort, Wechel, 1597, ff. 2 v?-3 r?.
5 Theatrum, f. 3 r?.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 75
Mais Bodin ne loue pas la science naturelle seulement pour lui avoir fait
oublier les malheurs des guerres civiles et les plaisirs meilleurs qu'il dit, de
fa$on quelque peu contradictoire d'ailleurs, avoir connus auparavant. La
science naturelle est utile avant tout comme un outil de persuasion sans egal.
?Comme il est precieux que ceux que ni les preceptes de la loi divine ni les
oracles des prophetes ne peuvent arracher a leur folie inveteree et tourner vers
le culte de la vraie divinite, soient forces par les tres certaines demonstrations
de cette science comme par la torture et la question a abandonner toute
impi&e et k adorer la seule et unique divinite eternelle!?6 Bodin propose
done le Theatre comme une arme contre les impies: ?Parce qu'il nous faut
souvent disputer avec ceux qui n'ont aucun gout de la vraie piete, on doit les
contraindre par la science naturelle. [...] C'est le devoir du philosophe non
de contraindre par la force ouverte mais de presser par la raison, d'enseigner
et d'instruire en entramant a Passentiment par des raisons non seulement
probables mais aussi necessaires: tache que nous croyons avoir principale
ment accomplie dans cette disputation. ?7 Le Theatre peut ainsi s'inscrire
dans une etude generale de la polemique au XVIe siecle: il constitue d'une
certaine fagon une argumentation soutenue contre ces impies un peu myste
rieux que ?ni les preceptes de la loi divine ni les paroles des prophetes n'ont
pu tirer de leur folie?.
II est peut-etre utile de voir cet acharnement contre Pimpiete en partie
comme une strategic de la part de Bodin. En attaquant des impies dont la
definition satisferait pleinement tous les partis religieux, Bodin s'assurait
Passentiment de son lecteur. II pouvait ainsi eviter des declarations specifi
ques concernant sa propre position religieuse qui auraient pu le mettre dans
une situation delicate. Bodin preserve habilement Pambigui'te sur la nature
de sa propre foi, si bien qu'on Pa cru catholique, protestant, juif et natura
liste. Ce n'est pas mon propos d'essayer d'apprecier ?ce que Bodin croyait
vraiment?, tache ardue, sinon vaine, etant donn6 le manque de documents
personnels, mais la strat6gie bodinienne de Pambigui'te doctrinale a Pinte
rieur d'une oeuvre ou Dieu reste le figurant principal est remarquable et
m6rite d'etre etudtee pour elle-meme. Bodin est certainement prudent, mais
je ne vois pas pour autant de raison de douter de la sincerite de ses attaques
contre Pimpiete. La passion qui Panime a travers le livre est en effet de mon
trer la providence, la puissance et la bonte d'un Dieu createur et directeur
du monde.
6 Theatrum, ff. 3 r?-v?.
7 Theatrum, ff. 3 v?, 4 r?.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
76 ANN M. BLAIR
A premiere vue Bodin a organise son vaste sujet de fagon assez methodi
que. A la lecture, on n'apergoit que cinq longues parties constitutes par les
cinq livres, mais en tete de volume Bodin fournit aussi une subdivision en
sections de longueur inegale que Fougerolles incorporera dans le texte fran
gais. Ces sections se suivent de fagon assez traditionnelle par categorie de
sujets: des causes, du mouvement, du lieu, etc.; des differents elements, etc.;
des plantes, insectes, serpents, oiseaux, etc. Une fois dans le texte meme,
cependant, le lecteur perd de vue cette structure et se trouve au milieu d'une
serie foisonnante de questions qui au mieux ont un rapport associatif les
unes avec les autres. Ainsi apres la question de savoir si la salamandre vit
dans le feu, vient une question semblable sur le grillon: peut-il vivre et man
ger dans les cheminees (310/444)8? De cette fagon, a Pinterieur de la section
sur les serpents Bodin introduit, presque sans que le lecteur s'en rende
compte, une digression de quelques pages sur les insectes. Pourtant Bodin
reviendra abruptement au sujet de la section, en demandant d'abord pour
quoi les septentrionaux ne mangent pas de sauterelles, alors que les meridio
naux s'en regalent; puis pourquoi il y a plus de couleuvres dans les regions
habitees que d'autres sortes de serpents9. L'enchainement par association
d'idees n'est done pas systematique, et surtout tant qu'il traite du theme fixe
pour la section, Bodin souvent ne s'impose aucune logique apparente dans
la suite des questions. Sur les plantes par exemple plusieurs questions de suite
introduisent chacune de nouveaux criteres de differentiation sans qu'aucun
lien soit cree entre eux. Bodin oppose d'abord les plantes utiles aux hommes
a celles qui ne le sont pas (272/387); puis il les distingue selon leurs qualites
(sec, chaud, etc.) (274/389), pour opposer enfin les plantes sauvages aux
domestiques (274/390). Par la suite ses questions ne feront qu'ajouter a la
liste de differents criteres plutot que de batir sur ceux qu'il a deja etablis:
ainsi il parlera des plantes produites par graine ou par pousse; des plantes
k feuilles caduques; des plantes jeunes et agees; males et femelles; acides et
ameres. Bodin n'offre ici aucune structure de classification progressive, mais
juxtapose une enumeration de criteres simples. Pour cette raison, lorsque
Frangois de Fougerolles proposera a la fin de sa traduction une table dichoto
mique pour servir de guide de lecture a chacun des livres du Theatre, il devra
y apporter beaucoup du sien pour disposer la matiere assez recalcitrante de
8 Les numSros entre parentheses se referent aux pages, d'abord de la deuxieme Edition
latine (Francfort, Wechel, 1597), puis a celles de la traduction francaise (Lyon, Pillehotte, 1597),
que j'utiliserai par commodity dans la mesure ou elle correspond au texte de Bodin.
9 II n'y a pas de doute que la sauterelle et le grillon sont des insectes pour Bodin puisqu'il
les inclut dans son Enumeration des insectes (303/433).
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 77
Bodin dans un tableau ou les divisions se suivent logiquement deux par
deux; c'est peut-etre par desespoir de trouver dans Bodin de quoi classifier
les plantes, par exemple, que Fougerolles contourne la difficulty en traitant
dans sa table seulement des differentes fa^ons de connaitre les plantes, plutot
que des plantes elles-memes.
Bien que Bodin se tienne en general au sujet tres vague qu'il s'est fixe (ser
pents, oiseaux, poissons...) c'est souvent un phenomene general a travers les
especes plutot que les particularites d'une espece donnee qui Pinteresse. La
section sur les oiseaux se termine avec cette suite de questions: pourquoi les
oiseaux souffrent-ils du froid plus que les animaux a poil? pourquoi les cerfs
engraissent-ils plutot en ete, le gros betail en automne et les hommes,
oiseaux, loirs et ours en hiver? pourquoi les poissons ne meurent-ils pas dans
Peau froide? et, question bien caracteristique de Bodin, pourquoi les ani
maux d'Europe sont-ils plus robustes que ceux d'Asie? (381-382/546-547).
Bodin suit ici le theme de la reaction au froid chez differents animaux,
comme s'il cherchait a en tirer des conclusions generates, peut-etre meme
une de ces ?lois universelles? qu'il dit avoir cherchees dans son histoire
humaine et chercher encore dans cette histoire naturelle. Mais les reponses
qu'il propose sont decevantes de ce point de vue: chaque espece semble
n'etre en fin de compte qu'un cas regi par des considerations propres. Ainsi
le gros betail engraisse quand il ne trouve plus a manger, en automne quand
le paturage reverdit et ?quand la chaleur naturelle [des betes] se renouvelle
par la temperature de la saison?; le cerf est plus gras au printemps quand
il se repait de la feuille des arbres mais avant que sa graisse se dissipe en ete
quand il est en rut; quant aux oiseaux et aux autres animaux, ils deviennent
plus gras en hiver parce que le froid resserre leur peau et bouche le passage
des humeurs. Les poissons, eux, n'ont rien a craindre car selon Bodin il fait
chaud au fond de Peau lorsque la surface gele, et il semble bien que Bodin
veuille dire ?chaud? et non pas ?plus chaud? car il affirme que la mer,
?pour peu qu'elle soit esmeue, boult en hyver? (382/547). Le principe, bodi
nien par excellence, de la vigueur et de la chaleur interieures engendrees par
le froid exterieur, mentionne comme seconde consideration dans le cas du
gros betail, n'est invoque comme explication principale qu'en reponse a la
question a fondement geographique. Meme dans ce cas, ou Bodin maitrise
deja un principe qui, me semble-t-il, aurait pu bien expliquer pourquoi la
plupart des animaux engraissent l'hiver, il ne va pas jusqu'a degager une loi
universelle.
L'organisation du Theatre subit ainsi deux influences contradictoires:
d'une part Bodin s'interesse avant tout a des questions d'ordre general, com
paratif, apparemment dans le but de trouver des lois universelles; mais
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
78 ANN M. BLAIR
d'autre part il ne propose aucune loi ou principe qui puisse organiser son tra
vail et se contente ainsi de suivre un plan qui traite chaque espece s6par6
ment. Comme le remarque Oumelbanine Zhiri dans une these recente sur
Leon PAfricain et Pemploi que fait Bodin de sa Description de VAfrique,
l'exotisme n'interesse pas Bodin en lui-meme mais comme un exemple qui
illustre tel ou tel principe general10. De meme, dans le Theatre, ce ne sont pas
les differentes especes traitees dans chaque section qui en elles-memes inte
ressent Bodin. C'est pourquoi il ne respecte sa division en sections que de
fagon approximative et Pabandonne tout a fait quand il poursuit un theme
plus general comme la reaction au froid chez differents animaux. Mais mal
gre une preface optimiste, Bodin ne fournit que tres rarement de v6ritables
principes generaux dans le Theatre; il ne peut finalement que se conformer
a la classification traditionnelle par especes, meme si elle ne correspond pas
a ses ambitions.
II est clair toutefois que Bodin lui-meme ne se sent aucunement sollicit6
par deux objets contradictoires. Dans une introduction s6par?e consacree k
la ?propositio totius operis)), Bodin ne manque pas de louer l'ordre qu'il sui
vra. En effet, ?il n'y a rien au monde, qui soit plus plaisant a voir, ou qui
recree avec plus grand volupte l'esprit de Phomme, ou qui soit plus commode
que l'ordre))n. Si Bodin ne parle pas de sa methode dans le texte meme, c'est,
dit-il, parce que, contrairement k certains, il ne commet pas Perreur de traiter
un sujet tout en definissant la methode selon laquelle on doit le traiter,
comme le fait Aristote notamment. Bodin fonde sa methode sur le fait qu'il
faut ?par le consentement de tous traicter premierement les choses les plus
faciles, et laisser pour la fin les choses les plus difficiles?! 2. Nous avons un
exemple de ce qu'il appelle ?difficult?? lorsque, dans le meme passage, il cri
tique Pic de la Mirandole pour avoir place, dans les questions naturelles,
Pastronomie avant l'histoire des plantes, mineraux et animaux. ?Car,
demande Bodin, quelle chose pourroit on trouver de plus difficile k expli
quer que la doctrine des mouvements celestes, ou qui soit plus obscure k
entendre, ou qui aist un plus excellent subject?))13 Les corps celestes sont
ainsi les plus difficiles, et a comprendre et a expliquer, et en meme temps les
10 Oumelbanine Zhiri, LAfrique dans le Miroir de VEurope: Fortunes de Jean Lion
VAfricain a la Renaissance, University de Paris X-Nanterre, 1989, pp. 428-429. Elle cite aussi
a ce sujet Guy Tiirbet-Delof,? Jean Bodin lecteur de L6on d'Afrique ?, Neohelicon, 2, Budapest
(1974), 201-216, p. 212.
1' Jean Bodin, Theatre de la nature universelle, tr. Francois de Fougerolles, Lyon, Pille
hotte, 1597, sig [++6] v?. Theatrum, p. 1.
12 Thtatre, sig. [++7] v?. Theatrum, p. 3.
13 Ibid.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 79
plus nobles. Or, selon Bodin, ils sont aussi parmi les corps les plus com
plexes. Bodin propose en effet une hierarchie de Punivers qui suit l'ordre de
dix hypostases de complexity croissante: ?la premiere et la plus simple
hypostase de nature [est] enclose en la matiere vestue de ses accidents?14; la
seconde est la matiere conjointe k la forme et aux accidents, puis viennent
les combinaisons successives de deux, trois et quatre elements; ensuite
s'ajoutent d'abord la vie (plantes), le sentiment et le mouvement (animaux),
Pintellect (hommes), et finalement? quelque chose de plus excellent que tout
le reste? qui se trouve dans les anges et corps celestes. La dixieme hypostase
est exempte de matiere et infinie: c'est Dieu. En suivant l'ordre de cette hie
rarchie Bodin proc^dera done k la fois du simple au plus complexe, du facile
au plus difficile et du vil au plus noble. Mais, des la page suivante de son
introduction, Bodin laisse de cote ce schema apparemment ideal; en faisant
correspondre chaque livre au plan propose, Bodin parle plutot de corps de
plus en plus parfaits. II combine ainsi un modele d'inspiration n?oplatoni
cienne (hypostases), avec les termes aristoteliciens des etres parfaits et impar
faits, pour repondre en fait a chaque probleme particulier avec un eclectisme
assez imprevisible.
Cette justification theorique de Porganisation du Theatre cede rapide
ment la place, dans Pesprit du lecteur, a la pratique du dialogue qu'adopte
Bodin. C'est la succession des couples de questions et de reponses qui etablit
les coupures regulieres du texte et qui permet de reperer les sujets abordes
par chaque question malgre l'ordre disparate de leur presentation. Mais
Bodin loue le dialogue pour d'autres raisons; il termine son introduction en
affirmant qu'?il n'y a point de methode plus commode; ni plus facile a la
memoire que ceste-cy?15. Cette remarque est le seul indice explicite de la
fa^on dont Bodin esperait etre lu. Elle suggere un lien entre le Theatre et un
autre travail tardif de Bodin, P?Epitre touchant Pinstitution de ses enfans
k son neveu ?16. Bodin y raconte comment il a eduque ses enfants, qui avaient
trois et quatre ans a son retour d'Angleterre (il avait aussi une fille dont il
ne parle pas). II avait commence par leur apprendre a nommer en latin tout
ce qu'ils voyaient et, dit-il, ?peu apres je les accoutumais de s'interroger l'un
l'autre de sorte qu'ils disoient k part eux, sans que je leur apprisse rien?. II
redigea aussi pour eux des sentences morales en latin et en francais qu'il leur
fit apprendre par coeur et il leur enseigna Parithmetique et la gSometrie
14 Theatre, sig. [+ +8] r?. Theatrum, p. 3.
15 Theatre, sig. + + +2v?. Theatrum, p. 7.
16 Pierre Mesnard, Etat present des Etudes bodiniennes, Turin, Filosofia, 1960.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
80 ANN M. BLAIR
(il n'explique pas comment). Pour terminer il indique qu'il ?leur apprete 600
questions en latin sans frangois de toute la beaute de nature))17. Ce texte date
peut-etre de 158618: en ce cas, ce pourrait etre une esquisse du projet qui
aboutira au Theatre, dont la composition date de 1590, selon une reference
interne vers la fin du texte (560/806). Avec ses centaines d'auteurs cites et de
renvois erudits, et ses quelque 900 questions, le Theatre publie ne correspond
pas directement, il faut Pesperer du moins, aux questions congues pour
Peducation des jeunes Bodin. Mais on peut comprendre qu'ayant trouve
utile que ses enfants s'interrogent l'un l'autre en son absence pour repeter
leurs legons, Bodin leur ait prepare des legons de science naturelle sous forme
de questions et de reponses. Peut-etre la forme dialoguee du Theatre vient
elle de ces questions pedagogiques mentionnees dans P?Epitre?. Peut-etre
aussi faut-il la mettre en relation avec le souhait, formule a la fin de Pintro
duction, que le lecteur du Theatre, comme ses enfants, apprendra le dialogue
par coeur.
Le dialogue servait depuis longtemps deja comme forme pedagogique.
Le dialogue socratique dans lequel le maitre interroge Peleve pour lui faire
trouver ce qu'il sait deja sans en etre conscient est bien connu, mais assez
peu imite au XVIe siecle19. A cette epoque on pense plutot aux Colloques
d'Erasme ou de Mathurin Cordier, et aux nombreux catechismes construits
comme des dialogues entre maitre et eleve; dans la plupart de ces cas le dialo
gue pedagogique prend la forme d'un interrogatoire par le maitre pour exer
cer ou verifier les connaissances de Peleve. L'interrogatoire suit alors l'ordre
d'un corps de questions organisees, independant des reponses qu'on peut
donner.
Dans le Theatre, au contraire, c'est ?Theorus)), Peleve, qui interroge
?Mystagogus)), son maitre. La fagon associative dont les questions et les
reponses s'enchainent cree, par contraste avec le catechisme, une atmosphere
de conversation libre, qui peut negliger certains sujets et s'etendre sur
d'autres. La forme du texte epouse ainsi tres bien les interets divers de Bodin
qui peut placer plus facilement des questions d'ordre general a Pinterieur de
sections en principe strictement organisees. Ce sentiment d'une conversation
reelle est cependant tout relatif, car le texte commence d'emblee avec une
question de Theorus et finit sur une reponse de Mystagogue. Aucune mise
17 Publie par Paul L. Rose ed., Jean Bodin, Selected Writings on Philosophy, Religion
and Politics, Geneve, Droz, 1980, pp. 3-4.
'8 C'est la date qui a ete ajoutee au manuscrit du XVIIe siecle que possede la Bibliotheque
Nationale.
19 On trouve aussi cette approche dans certains passages des dialogues herm&iques.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 81
en scene, ni locus amoenus 6tabli par un narrateur exterieur au dialogue, ni
commentaire de la part des interlocuteurs qui explique le contexte de la dis
cussion. Les deux personnages sont seulement presentes a la fin de Pintro
duction comme ?discipulus? et ?magister?. A part la signification interes
sante que suggerent les deux noms que Bodin a choisis, ils pourraient tout
aussi bien s'appeler, comme dans les dialogues scientifiques de Bernard
Palissy, ?question? et ?responce?. A la difference, cependant, de Palissy qui
cree un dialogue de ton agressif ou ? question? resiste souvent a ? responce?
qui replique par de longues tirades de plusieurs pages, Theorus et Mystago
gue sont toujours d'accord et echangent tres regulierement leurs propos.
Cet accord ne resulte pas, comme dans un dialogue de type galileen par
exemple, de ce que l'un des personnages a convaincu l'autre d'abandonner
sa position initiale, mais de ce que Theorus ne presente aucune opinion qui
soit independante de celle de Mystagogue; la position de l'auteur est done
presentee sans ambigui'te. Lorsque dans les passages qui traitent de questions
philosophiques comme Peternite du monde ou Pimmortalite de l'ame, Bodin
veut defendre sa position contre certaines objections, il met bien celles-ci
dans la bouche de Theorus. Mais puisque le meme personnage est charge
d'objections d'inspiration disparate il n'a pas de veritable coherence et sou
vent n'est qu'un faire-valoir.
Les questions, surtout au debut des sections, sont parfois tout & fait pre
visibles: comment definis-tu la science, la nature, le lieu, le mouvement, etc.;
ou bien, combien y a-t-il de sortes de causes, de plantes, de serpents? Quel
quefois Theorus demande aussi ce que pense Mystagogue de la verite de tel
phenomene etrange, comme l'effet mortel du regard du basilic (306/438).
Mais dans la majorite des cas, comme dans les exemples cites plus haut,
Theorus demande pourquoi. II cherche une explication causale d'un pheno
mene sur lequel lui et son maitre s'accordent deja, que ce phenomene nous
paraisse evident ? pourquoi les oiseaux mettent-ils leur tete sous leur aile
quand ils dorment? (379/543) ?, ou non20 ? pourquoi les serpents
s'attaquent-ils plus aux femmes qu'aux hommes? (316/452). En reponse a
certaines questions, comme cette derniere par exemple, Mystagogue n'est pas
20 On peut se demander si les presuppositions qui sous-tendent les questions etaient tou
tes aussi evidentes aux contemporains de Bodin qu'elles le sont pour nous dans le cas de la ques
tion pr6c6dente, ou si les lecteurs du Theatrum eteient censes en apprendre autant par les ques
tions que par les reponses, comme c'est le plus souvent le cas pour le lecteur du XXC siecle. II
s'agit la d'entrer dans le contexte culturel du lecteur contemporain de Bodin ? c'est a la fois
le but ultime de cette recherche, et un espoir qui ne pourra jamais se realiser entierement. En
tout cas on peut affirmer que si certaines questions eteient nouvelles pour le lecteur contempo
rain, sans doute un plus grand nombre d'entre elles leur semblaient plus evidentes qu'a nous.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
82 ANN M. BLAIR
sur de lui et replique par des questions, lui aussi: serait-ce parce que le ser
pent, etant intelligent, s'attaque a ce qui est plus faible? ou bien, parce que
la providence divine fait mourir les etres inferieurs d'abord? ? et il cite
l'exemple, dans Ylliade, d'une peste qui frappa d'abord les animaux et
ensuite seulement les hommes ? ou encore, serait-ce le resultat de Pinimitie
entre le serpent et la femme, bien connue depuis la Genese? Tres rarement,
comme dans le cas de Paction de Paimant, Bodin avoue ignorer totalement
la cause d'un phenomene (244/342). Ce sont en effet ses reponses d'ordre
causal que Bodin a annoncees avec la plus grande fierte dans son introduc
tion. Contrairement a d'autres savants qui les separent, Bodin se felicite
d'avoir ?conjoinct les causes de chacune chose avec son hystoire? car ?il n'y
a rien [...] qui soit plus propre au Physicien que de s'enquerir des causes effi
cientes de toutes choses, et mesme... de leurs causes finales))21. II distingue
ainsi son travail de celui de Pline qui a accumule les histoires naturelles sans
toucher a leurs causes.
Ce genre de questions en ?Cur ? ? rapproche le Theatre de la tradition des
problemata attribues a Aristote, a Alexandre d'Aphrodise et a divers contem
porains dans de nombreuses compilations du XVIe siecle22. Theorus pose
des questions auxquelles Mystagogue peut repondre, mais il les pose parce
qu'elles comportent un element apparemment en contradition avec une cer
taine logique, ou en tout cas qui etonne. Par exemple Theorus demande
pourquoi les oiseaux de proie, qui ne boivent pas, ont Pestomac plus mou
que les autres oiseaux qui ont Phabitude de boire (378/541). On voit bien
comment cette situation parait s'opposer d'abord au sens commun. Mysta
gogue repond que les oiseaux de proie ont Pestomac plus mou parce qu'ils
se nourrissent de viande, aliment moins dur que les graines que mangent les
autres oiseaux. Le principe initial, que Pestomac est plus ou moins mou
selon ce que Poiseau consomme, est ainsi confirme en fin de compte alors
qu'il semblait menace par un contre-exemple. Or c'est exactement ce genre
de questions et de reponses qui remplit les compilations de problemata au
XVIC siecle. L'introduction attribute a Alexandre d'Aphrodise dans une edi
tion de 1555 explique en effet: ?Celles choses adonc se doivent demander
et mettre en doute, qui sont moiennes: c'est a dire non celles, qui sont d'elles
mesmes totallement evidentes, ne aussi celles qui sont tant cachees et
21 Theatre, sig. + + +v?-+ + + 2 r?. Theatrum, pp. 6-7.
22 Ces compilations peuvent s'ecarter considerablement du texte ancien dont elles preten
dent etre une edition. Voir par exemple Problemes dAristote, Lyon, Jean de Tournes, 1587, qui
comporte tres peu de questions attestees dans les editions modernes de ce texte.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 83
obscures que Phomme ne les puisse comprendre: mais celles la, lesquelles
combien que soient obscures et difficiles peuvent toutefois estre expliquees
par Perudition et entendement de Phomme.))23 Surtout dans les passages du
Theatre qui traitent d'histoire naturelle, on peut reconnaitre cette preoccupa
tion de poser des questions ?moiennes)) qui ne risquent ni de nourrir un
scepticisme dangereux ni d'illustrer trop souvent les limites de l'esprit
humain. Bien que troublantes au premier abord, ces questions correctement
resolues par Mystagogue ne font que confirmer les principes du sens com
mun qui les avait soulevees.
Si Bodin partage ainsi le meme esprit que les compilations de problemata
du XVIe siecle, il ne pose qu'une dizaine de questions que j'aie pu retrouver
parmi des livres de problemes attribues aux Anciens. II dit done vrai lorsque,
dans son introduction, il declare: ?Nous n'avons mis en avant aucun pro
blesme d'Aristote, ni d'Alexandre Aphrodisee, sinon ceux, lesquels ils
n'avoyent encor proposez; ou s'ils les avoyent proposez, qui sont demeurez
sans estre expliquez; ou s'ils ont este expliquez, qui n'ont pas este confirmez
par aucune raison; ou finalement, desquels Phystoire est fausse pour la
vraye. ?24 Mais si Bodin aime a se rattacher a cette auguste tradition, le Thea
tre est bien plus qu'un simple complement aux compilations de problemata
deja disponibles. II presente une vision coherente de la nature et un contexte
philosophique que l'on peut commencer a identifier des Pintroduction des
deux personnages du dialogue qui portent les noms suggestifs de ?Theorus ?
et ?Mystagogus)).
?Theorus)), terme ignore du latin, que Fougerolles traduit par ?Theori
cien)), evoque immediatement la theoria ou recherche philosophique. Mis en
conjonction avec le titre du livre, il rappelle aussi les mots de la famille de
theaomai, ?voir,contempler)). Theorus serait le spectateur de ce theatre de
la nature, et cette contemplation constituerait sa theoria. ?Theorus? est de
plus la simple latinisation de Oecopos signifiant d'abord celui qui accede a la
divinite et s'occupe des affaires la concernant comme les sacrifices et les ora
cles. Le Thesaurus d'Estienne signale en outre un deuxieme sens pour Oeoopos:
celui qui voyage pour enqueter sur les mceurs de chaque cite25. Cette super
position d'un sens fort, religieux, et d'un second sens plus faible, qui evoque
le voyage touristique plus que mystique se retrouve plus nettement encore
dans le nom de son interlocuteur.
23 Lesproblemes d Alexandre Aphrodise", tr. M. Heret, Paris, Guillaume Guillard, 1555,
f. 3 v?.
24 Theatre, sig. + + +2 r?. Theatrum, p. 7.
25 Henri Estienne, Thesaurus graecae linguae, Paris, Firmin Didot, 1841.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
84 ANN M. BLAIR
?Mystagogus? ou ?mystagogue? est un terme atteste dans les diction
naires latins et frangais du XVIe siecle. Le sens qu'ils signalent est celui du
grec mystagogos et designe l'homme charge d'initier les neophytes dans les
mysteres26, et, par extension, de garder et de faire visiter les lieux et objets
sacres27. Au XVIe siecle, le terme latin semble avoir souvent perdu son sens
fort d'initiateur; ainsi un Calepin de 1570 propose de le traduire en langue
vulgaire simplement par ?sacristain? et ses equivalents28. En frangais, au
contraire, ?mystagogue? est atteste par Huguet dans le Cinquieme Livre de
Pantagruel oil il a bien le sens premier, mais dans un emploi metaphorique29.
Ces memes dictionnaires indiquent cependant un deuxieme sens de
?mystagogus? qui vient des Verrines de Ciceron. Apres avoir deplore la spo
liation de Sicile par Verres, Ciceron conclut: ?C'est pourquoi, juges, ceux
qui guident les voyageurs vers les objets a voir et les leur montrent un k un,
que les Siciliens appellent mystagogues, les montrent desormais a
Penvers. ?30 Si Ciceron explique le terme & ses auditeurs, il s'agit certainement
d'un emploi local, etranger aux Romains. Mais c'est sur ce passage, auquel
Bodin attribue d'ailleurs un contexte plus large que la Sicile antique, qu'il
s'appuie pour expliquer ?mystagogue? dans les premiers paragraphes du
Theatre. En effet, quand Theorus prend la parole pour la premiere fois, il
demande a son interlocuteur s'il lui plait de suivre ?en ce discours la louable
coustume des citez les plus belles et mieux administrees?. L'autre demande,
renversant sans doute pour la seule fois les roles: ?Mais que veux-tu dire par
la coustume des belles et bonnes villes dont tu a parle ?? Et Theorus expli
que: ?Creer le Magistrat, qu'on appelle Mystagogue, auquel estoit commise
la charge de recevoir courtoisement les estrangers recerchans la cognoissance
des antiquitez et autres choses honnestes, les mener par la ville, leur monstrer
toute Pantiquite du lieu, comme Temples, Theatres, Portiques, et de leur
donner a entendre tout ce qu'il sgavoit de beau et de rare: de mesmes aussi,
moy qui voyage par ce monde comme par une ville, desire d'estre instruict
de toutes choses, a fin que je puisse entendre de toy tant ce, qui se fait en
haut qu'en bas, tant ce qui est premier, dernier^ que moyen, finalement les
causes de toutes choses avec leurs fins et dependances? (10/2-3).
26 Thesaurus linguae latinae, Leipzig, Teubner, 1960; Thesaurus trium linguarum, Paris,
Joseph Barbou, 1753.
27 Aegidius Forcellini, Totius latinitatis lexicon, Prati, typis Aldinianis, 1868; et Teubner.
28 Ambrosius Calepinus, Dictionarium, Lyon, 1570.
29 Rabelais, CinquiemeLivre, 43 et 47, ainsi que Marnix, Differ. Relig., I, v, 4, in Edmond
Huguet, Dictionnaire de la langue frangoise du XVIe siecle, Paris, Didier, 1961.
30 Ciceron, Act. in Verrem Sec, IV, 132.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 85
Aucune allusion explicite au sens fort de ?mystagogue?, qui ne serait
qu'un guide touristique et, par analogie ici, philosophique; mais Bodin ne
peut pas employer ce terme, qui reste exceptionnel malgre son attestation
dans quelques textes frangais et latins, sans evoquer son sens Etymologique
d'initiateur, ou hierophante. De meme, Theorus, tout en se pr6sentant
comme un simple voyageur ?par ce monde comme par une ville?, est aussi
au sens fort celui qui accede a la divinity grace k Pinitiation a la contempla
tion de la nature que lui offre son maitre. L'image d'un voyage k la fois philo
sophique et mystique k travers le monde, auquel le lecteur va assister, est
done developpee de fagon soutenue et deliberee. Le choix de cette metaphore
renvoie k Platon et surtout a Philon pour qui le monde est une cite penetree
de logos divin dont les hommes sont temporairement les hotes31. Bodin
s'approche ici du theme de PSme de passage dans le monde materiel; et on
entrevoit ainsi des les premieres pages le cadre neoplatonicien que Frangoise
Joukovsky a bien identify comme ?le schema a Paide duquel Bodin ordonne
le cosmos?32. Comme elle l'explique, pour Bodin l'ame humaine est un
intermediaire entre Dieu et la nature par Pactivite de laquelle les differents
niveaux, ou hypostases, de Punivers peuvent communiquer entre eux33. Tout
en acceptant un dualisme entre le divin transcendant et le monde materiel,
Bodin continue done k estimer que l'homme est capable, par sa position
intermediaire, de connaitre Dieu k travers la creation. C'est sur cette capacite
en effet que repose toute la portee de la preface et du Theatre comme argu
ment contre les impies.
La metaphore du ?theatre de la nature? contient cette meme reconcilia
tion de ce que Festugiere a appele les tendances dualiste et moniste des cou
rants issus de Platon34. En effet, elle suggere, d'une part, que l'homme est
etranger k la nature comme Pest un spectateur a la piece qu'il regarde au
theatre; mais, d'autre part, comme le dit Bodin explicitement dans la pre
face, ce theatre aide a la connaissance de Dieu: ?Et certes le theatre de la
nature n'est rien d'autre qu'un tableau des choses creees par le Dieu immor
tel, place sous les yeux de chacun pour que nous contemplions et aimions
la majeste, la puissance, la bonte, la sagesse de l'auteur meme ainsi que son
admirable providence dans les choses les plus grandes, les moyennes et les
31 Platon, Banquet 211 c 1-4 in Festugiere, II, pp. 548-549; Philon, Cher., 120-121, in Fes
tugiere, II, p. 538.
32 Francoise Joukovsky, Le regard intirieur: themesplotiniens chez quelques e'crivains de
la Renaissance francaise, Paris, Nizet, 1982, p.48.
33 Ibid. Voir aussi Theatrum, pp. 431/623 et 540/778.
34 Festugiere, II, p. 585.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
86 ANN M. BLAIR
plus petites.))35 L'homme a ete place dans cette cite etrangere qu'est pour lui
le monde, comme un spectateur au theatre, pour y apprendre a connaitre
Dieu a travers la nature: ?car, comme Paffirme Mystagogue, nous ne som
mes pas venus pour autre fin en ce Theatre du Monde, que pour entendre
tant qu'il nous est possible, Padmirable bonte, sagesse et puissance de ce
grand Ouvrier de toutes choses, et pour estre ravis avec plus ardente affection
a celebrer ses louanges en la contemplation de ce tout, ouvrage incompara
ble d'iceluy)) (10/3). Si Phomme a une position intermediate privilegiee qui
lui permet de comprendre Dieu a travers la nature, il ne peut y reussir que
parce que la nature revele clairement la pensee du Createur.
Comme Dieu, la nature est foncierement bonne; elle ne comporte aucun
mal en soi, mais au contraire regie tout pour qu'un equilibre bienfaisant
regne dans tous ses domaines, formant un systeme parfois independant du
seul avantage de l'homme. Pour demontrer d'abord la bonte de la nature,
Bodin s'arrete souvent aux plantes et animaux veneneux ou apparemment
nuisibles et dangereux. Premierement il montre que le danger que presentent
ces plantes et animaux pour les hommes de bien n'est pas aussi grand qu'on
le croit. Les plantes, d'abord, sont clairement marquees lorsqu'elles sont
dangereuses: le napellus par exemple porte une fleur en forme de tete de
mort (287/409). Pas de risque done de s'empoisonner par megarde. De
meme les serpents veneneux ne sont pas nombreux dans les regions habitees
(314/448). De toute fagon, en cas d'accident, le sage Createur offre un anti
dote pour chaque poison (292/417; 312/446; 315/450). Bodin en conclut que
seuls ?les hommes meschants et vitieux)) sont vraiment menaces par ces dan
gers (315/450).
La seconde tactique de Bodin est de montrer la grande utilite des choses
apparemment nuisibles. Les poisons sont utiles, premierement, ?pour faire
mourir plus doucement ceux qui sont condamnez a iuste mort)) (288/410).
Mais deuxiemement en raison de leur vertu medicate: Mystagogue cite la
vipere comme l'exemple meme de la bonte divine, qui nous donne ainsi la
theriaque. Bien sur nous pourrions aj outer que comme cette derniere sert
principalement a guerir les morsures de vipere, on ne voit pas quel profit
l'homme tirerait de l'existence de ces serpents; mais Bodin devance aussi
cette objection: la vipere, dit-il, est de plus un souverain remede contre la
lepre (314/449). Finalement, affinant Panthropocentrisme courant de ses
commentaires, Bodin remarque que ce qui est veneneux pour l'homme peut
en fait etre un aliment pour d'autres especes. Suit une enumeration,
35 Theatrum, f. 3 v?.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 87
probablement tiree du commentaire de Matthiole sur Dioscoride36, des
oiseaux et animaux qui se regalent de plantes dangereuses pour l'homme
(293/418). Ainsi, conclut-il, ?nihil in natura per sese noxium dici posse, sed
tantum 7cp6$ ti?: rien dans la nature ne peut etre dit mauvais par soi, mais
seulement sous quelque rapport.
La providence divine est done toujours admirable pour la coherence glo
bale qu'elle confere a la nature. Dans quelques passages particulierement
interessants, Bodin montre comment la nature forme un systeme autonome,
independant du seul bien de l'homme ou en tout cas qui ne sert qu'indirecte
ment a l'homme, dans lequel Dieu a donne a chaque etre de quoi survivre
pour lui-meme. Pourquoi les insectes ont-ils beaucoup de pattes? parce
qu'ils n'ont d'autre moyen de se defendre que de prendre la fuite (304/434).
De meme si les hirondelles volent vite, c'est pour pouvoir se nourrir de mou
ches et eviter les attaques des oiseaux de proie (363/521). On pourrait meme
attribuer a Bodin une notion rudimentaire de cycle ecologique, lorsqu'il jus
tifie l'existence des insectes: ceux-ci consomment la pourriture des charo
gnes et ensuite servent de pature aux oiseaux. Les insectes embellissent done
Pharmonie du monde, contrairement aux plantes de Pline que Bodin critique
ici pour leur impiete et leur futilite (311/444).
Dans tous les cas la nature se suffit a elle-meme: Pintervention humaine
ne peut que la corrompre et lui nuire. A l'exception de la pratique des greffes
que Bodin trouve, avec Theophraste et une ancienne pratique agricole, utile
pour ameliorer la production d'un arbre fruitier (284/404),?Partifice effoe
mine et viole aucunement le naturel des plantes ?(275/390): c'est une des rai
sons pour lesquelles, selon Mystagogue, les plantes sauvages sont ?de plus
longue duree? que les cultivees. La nature se cultive elle-meme d'ailleurs, sui
vant une ?ars naturae?, si bien que l'homme n'a aucun droit de toucher a
la nature des plantes ou de leurs semences. Mystagogue se plaint violemment
de ceux qui font ?porter bon gre mal gre [...] au Cerisier des Raisins, ou des
Roses inutiles; aux Vignes des Raisins sans semence et aux Arbres des Prunes
sans noyaux [...]; a POux des Roses verdes et sans odeur, a la Geneste des
Roses iaunes; a quoy nature ne repugne pas seulement, mais aussi la loy
divine qui deffend expressement, qu'on ne confonde ni les semences, ni les
plantes les unes avec les autres, qui sont de diverses especes? (291/414). En
effet, des la preface, Bodin avait averti que seule une nature intacte dans ?sa
purete et simplicity ? pouvait mener l'homme qui la contemple comme ?par
36 Pierre Andre Matthiole, Commentaires [...] sur les six livres de Ped. Dioscoride, tr.
Jean des Moulins, Lyon, Guillaume Rouille, 1572, p. 15.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
88 ANN M. BLAIR
la main)) a la connaissance de son Createur37. La providence divine garantit
que la nature menera l'homme a son Createur, mais cette garantie confere
un caractere sacre a la nature et perd toute force lorsque celui-ci est viole.
D'autres preuves de la providence divine dans le Theatre portent non sur
le fonctionnement de la nature comme systeme, mais sur les avantages
qu'elle presente directement pour l'homme. Certaines sont remarquables
pour leur complexity comme la raison pour laquelle la culture conjointe de
froment et de seigle empeche la nielle d'attaquer un champ: ?Je ne sgay k
quoy en rapporter la cause, sinon a la Divine providence, laquelle veut que
la provision des pauvres gens soit conservee de la Nielle et par mesme moyen
le bon Froument, qui ne se met que sur la table des riches maisons: ne plus
ne moins que les gens de bien, qui sont parmy les meschants conservent bien
souvent par leurs bienfaicts et prieres les autres de perdition)) (292/416).
Dans un cas, qui rappelle les moralisations medievales, la nature devient
Pillustration d'une regie de conduite pour les hommes; quand Theorus
demande pourquoi la nature ?a oste aux Oiseaux masles les ongles crochues,
ausquels ell'a donne des esperons; et donne des esperons a ceux, qui
n'avoyent pas les ongles crochues?, Mystagogue repond: ?afin que nous
entendions par la, que nature a plustost donne des armes aux animaux pour
se deffendre que pour se meurtrir les uns les autres? (378/542). Dieu a done
distribue aux oiseaux deux sortes d'armes dans le seul but de dispenser une
le^on de morale aux hommes. II ne reste ici aucune consideration de la provi
dence du point de vue de Panimal, ni meme d'un systeme complexe qui
conduirait indirectement vers Pavantage de l'homme. On peut titer plusieurs
exemples d'arguments anthropocentriques plus communs pour montrer la
providence divine: les insectes existent pour exciter les paresseux au travail
(318/454)38, les oiseaux chanteurs pour faire plaisir aux hommes (370/530),
et les oiseaux de proie pour les divertir a la chasse (380/545). Ainsi, malgre
quelques passages qui suggerent une vision de la nature comme un systeme
37 ?I1 nous est interdit par la loi divine de meler les etres de differente sorte, ou de melan
ger differentes plantes, ou les graines sem6es dans les champs, de peur que nous ne portions
atteinte en aucune partie a la puret? et a la simplicite de la nature qui mene rhomme petit a
petit par la main au pere de la nature, en lui faisant contempler d'abord les choses terrestres,
puis, passant des terrestres aux celestes, et des choses sensibles a celles qui ne sont percues que
par Tactivite de Pesprit, le portent finalement, comme enlev6 par des ailes 16geres, jusqu'a la
connaissance et a l'adoration du fondateur eternel? (Theatrum, f. 3 r?).
38 Le commentateur anonyme qui a laisse ses notes dans l'exemplaire du Theatrum que
possede Jean Ceard (voir note suivante) ajoute une autre raison pour les trouver utiles a
Thomme: ?Ils nous incitent a la proprete: puisque ces petits animaux naissent generalement
de la salete.?
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 89
autonome, Bodin semble bien penser que les animaux et les plantes existent
principalement pour le bien de l'homme.
L'anthropocentrisme de Bodin a cependant des limites qui sont definies
notamment par ses convictions neoplatoniciennes. Ainsi, lorsque Theorus
demande si tes choses celestes ont ete creees pour les hommes, Mystagogue
repond avec force: ?Ta demande est telle, comme si tu t'enquerois de moy,
si les hommes ont este faicts pour les bestes: car c'est une reigle infaillible,
que la fin est tousiours plus excellente, que les choses, qui tendent a elle. Car,
qui seroit cestuy-la, pourveu qu'il ne fust insense, qui pensast que les choses
terrestres fussent par dessus les celestes, les elements par dessus les astres, les
tenebres par dessus la lumiere, et les effects par dessus les causes mesmes?
Toutesfois Parrogance de l'homme, Pimbecillite et Perreur sont venus ius
ques la, qu'ils croyent que les astres et estoilles, par lesquelles ils regoivent
un'infinite de biens, n'ont este creez pour autre fin, que pour leurs commodi
tez? (609/881). L'homme, huitieme hypostase, est la fin de tout le monde ter
restre, mais il est surpasse dans la hierarchie de Punivers par les anges et les
corps celestes qui tiennent la neuvieme et derniere place avant Dieu lui
meme. Ainsi, bien que Bodin ne se prononce pas explicitement, c'est plutot
l'homme qui existe pour les corps celestes que Pinverse.
On voit combien cette conclusion est particuliere a Bodin en la compa
rant a la reaction d'un lecteur anonyme, mais probablement allemand et
peut-etre protestant, qui a laisse des notes marginales dans l'exemplaire du
Theatrum que possede Jean Ceard39. Alors qu'en general ce lecteur approuve
le texte de Bodin et se contente de prendre des notes de lecture, a ce passage
il marque deux fois son opposition. A la suggestion que l'homme ne serait
qu'une ?chose terrestre)), inferieure aux celestes, il objecte: ?l'homme est
non seulement terrestre du point de vue du corps, mais du point de vue de
Pame il est aussi immortel et plus que celeste)); et un peu plus bas il demande
si les planetes ne sont pas en fait creees pour l'homme, du moment qu'elles
sont a son service.
C'est done une vision de la nature parfois un peu particuliere que Bodin
propose comme la ?tres certaine demonstration)) qui forcera tout impie ?k
adorer la seule et unique divinite eternelle?. On peut se demander k quels
contemporains il pense s'opposer par cette presentation de la bonte, de la
39 En remplacant le ?vulgo? de Bodin par ?Gallice? (p. 289, n. 1), l'annotateur r^vele
qu'il n'est pas francais. Son orthographe de ?caussa? suggere une origine germanique, et son
emploi de ?Solomo? plutot que ?Salomo? est peut-etre un indice de protestantisme. Cette
orthographe fut en effet condamn6e par la Sorbonne; voir Michael Screech, 6d. Rabelais, Tiers
Livre, Geneve, Droz, 1964, p. 13, n. 145.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
90 ANN M. BLAIR
providence et de la toute-puissance de Dieu. II attaque explicitement les Epi
curiens en quelques endroits, mais on trouve peu de contemporains qui nient
l'existence d'un Dieu createur tout-puissant. On a aussi suggere que le Thea
tre pourrait etre une riposte a Jerome Cardan40, mais les references a celui-ci
sont en general favorables et portent sur des points de detail plutot que sur
des divergences fondamentales. Si l'on peut done bien placer le Theatre dans
le contexte de Papologetique chretienne, ou peut-etre judeo-chretienne, de
Pepoque, il reste le probleme de savoir contre quels ennemis cette defense de
la foi est faite. Henri Busson presente de nombreux exemples d'apologistes
ecrivant contre les athees et Epicuriens du XVIe siecle, sans etablir de facon
satisfaisante l'existence a cette epoque de veritables rationalistes libertins ou
d'achristes, categorie oil il fait d'ailleurs figurer Bodin, ou en tout cas
l'auteur du ColloqueHeptaplomeres41. Contre qui done est dirige ce mouve
ment d'apologetique qui se place au-dessus des differences doctrinales et ou
la theologie naturelle tient une place considerable? La question de Patheisme
au XVIe siecle est bien connue a la fois pour sa difficulty et pour les travaux
importants qu'elle a suscites. Sans pretendre y apporter d'arguments for
mels, peut-etre un exemple pourra-t-il toutefois suggerer une hypothese sup
plemental.
Le deuxieme volume de Y Instruction chretienne de Pierre Viret constitue
un exemple important d'une apologetique non protestante, mais chretienne,
contre les athees en puissance plutot que contre les catholiques. Viret y pre
sente d'ailleurs nombre d'arguments de theologie naturelle dont on recon
nait certains dans le Theatre de Bodin42. II appelle atheistes, ?non seulement
ceux qui nient toute divinite, si ainsi est qu'il s'en puisse trouver de tant mal
heureux entre les hommes, mais aussi ceux qui se moquent de toute religion.
[...] Et entre ceux-cy il y a en a les uns qui ont quelque opinion de Pimmorta
lite des ames: les autres en iugent comme les Epicuriens, et pareillement de
la providence de Dieu envers les hommes?43. Viret s'inquiete de ces philoso
phes qui rejettent des arguments essentiels comme Pimmortalite de l'ame ou
la providence divine, et qui ?tiennent escole et empoisonnent plusieurs per
sonnes?44. En partie sans doute pour justifier son effort, Viret affirme
40 Mesnard, ?Jean Bodin et le probleme de Peternite du monde?.
41 Henri Busson, Le rationalisme dans la literature francaise de la Renaissance
(1533-1601), Paris, Vrin, 1957.
42 Pierre Viret, Instruction chre'tienne, vol. II, Geneve, Jean Rivery, 1564. Voir par exem
ple sa defense des plantes et animaux veneneux, pp. 176-181.
43 Viret, sig. Cv v?.
44 Viret, sigs. Cv v?-Cvi r?.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LA NATURE THEATRE DE DIEU, SELON JEAN BODIN 91
cependant qu'il n'ecrit pas pour ces philosophes eux-memes, et qu'il veut
plutot prevenir la diffusion d'un mal que guerir ceux qui en sont deja
atteints: ?Et a fin qu'il ne semble k plusieurs, que i'aye travaille en vain, au
regard de tels personnages qui se moquent de toutes remonstrances et correc
tions, ie veux bien que les lecteurs entendent que ce n'est pas aussi pour eux
principalement, pour lesquels i'ay travaille en ceste oeuvre, mais pour ceux
qui pourroyent estre en danger d'estre seduits par eux, a fin qu'ils soyent
mieux armez contre la philosophic diabolique de ces philosophes et docteurs
infernaux.))45 En effet, Viret craint que nous ne soyons ?venus en un temps
auquel il y a danger que nous n'ayons plus de peine a combattre avec tels
monstres qu'avec les superstitieux et idolatres. [...] Car parmy ces differens
qui sont auiourd'huy en la matiere de religion, plusieurs abusent grandement
de la liberte qui leur est donnee, de suyvre, des deux religions qui sont en dif
ferent, ou Pune ou l'autre. Car il y en a plusieurs qui se dispensent de toutes
les deux, et qui vivent du tout sans aucune religion))46. En outre leur attitude
est d'autant plus difficile k deceler qu'ils ?s'accommodent, quant a l'appa
rence exterieure, a la religion de ceux avec lesquels il leur faut vivre, et aus
quels ils veulent plaire, ou lesquels ils craignent))47.
Le lecteur que Viret espere atteindre avant tout n'est done pas celui qui
se dit athee ou qui manifeste des doutes sur la religion, ni meme celui qui
manque aux devoirs de la pratique reguliere. C'est plutot quelqu'un qui,
dans le climat des conflits religieux, a perdu la conviction de sa foi et qui
devient ainsi vulnerable aux arguments ?atheistes? des philosophes. Peut
etre est-ce dans le meme esprit que Bodin, tres conscient des circonstances
tragiques dans lesquelles il ecrit quelque trente ans apres Viret, se plaint dans
la preface du Theatre de ceux qui n'ont ?aucun gout de la vraie piete)). Le
mouvement apologetique dont le Theatre de Bodin fait partie, viserait ainsi
moins des athees confirmes qu'il resterait k identifier, que tes tiedes et les
indifferents qui se sont multiplies pendant les guerres de religion et ou les
esprits plus ardents comme Viret et Bodin voient un champ fertile pour
Peclosion d'un atheisme issu de certains philosophes anciens.
Princeton University. Ann M. Blair.
J'ai plaisir a remercier Monsieur Jean Ceard, dont les suggestions tant specifiques que
generates m'ont constamment 6t d'un grand secours. Je suis aussi reconnaissante aux membres
de TAssociation V.-L. Saulnier pour leurs contributions lors de ma presentation de ce travail.
45 Viret, sig. [Cvii] r?.
46 Viret, sig. Cvi r?.
47 Viret, sig. Cv v?.
This content downloaded from 189.4.75.68 on Sat, 23 May 2020 13:40:34 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
Descargar